Le cycle du carbone du pergélisol

Le cycle du carbone du pergélisol (également connu sous le nom de cycle du carbone de l’Arctique) est le transfert du carbone des sols du pergélisol à la végétation et aux microbes, puis à l’atmosphère, puis à la végétation et enfin aux sols du pergélisol. Le cycle du carbone du pergélisol est un sous-cycle du cycle global du carbone global.

Les molécules à base de carbone sont cruciales pour la vie sur Terre, car elles constituent le principal composant de nombreux composés biologiques. Dans l’atmosphère terrestre, il existe soit du dioxyde de carbone (CO2), soit du méthane (CH4).

Le dioxyde de carbone quitte l’atmosphère en devenant des parties des plantes par la photosynthèse, par les précipitations et par d’autres moyens. Finalement, les plantes et les animaux meurent et le carbone revient dans le sol. Un certain carbone organique reste dans le sol, tandis que certains sont relâchés dans l’atmosphère grâce à la respiration du sol.

Les sols du pergélisol restent gelés pendant de longues périodes et stockent ainsi de grandes quantités de carbone organique congelé, y compris le carbone qui a des milliers d’années. Les scientifiques ne connaissent toujours pas la quantité exacte de carbone contenue dans le pergélisol mondial, mais environ 1670 milliards de tonnes de carbone sont stockées dans les écosystèmes du pergélisol dans les latitudes élevées, soit deux fois plus de carbone que ce qui est actuellement contenu dans l’atmosphère.

Au fur et à mesure que le permafrost décongèle en raison du réchauffement climatique, la matière organique congelée à l’intérieur se dégrade et commence à se désintégrer. Les microbes dans le sol mangent la matière et produisent de grandes quantités de CO2 ou de CH4, qui bouillonne dans le sol et l’eau et retourne dans l’atmosphère.

La quantité de dioxyde de carbone et de méthane libérée du pergélisol augmente chaque année. Il existe également une possibilité que certains des plus anciens carbones, qui ont été stockés dans des sols de pergélisol pendant des millénaires, seront également exposés. Au fur et à mesure que le dioxyde de carbone et le méthane s’accumulent dans l’atmosphère, ces gaz à effet de serre peuvent accélérer le réchauffement climatique et entraîner également des éruptions de méthane.

Selon l’étude récente, d’ici l’an 2050, la planète pourrait voir 55 milliards de tonnes de carbone (qui convertit 200 milliards de tonnes de dioxyde de carbone) provenant des sols.

Polarpedia terms are created by EDU-ARCTIC Consortium, which holds responsibility for quality of translations in following languages: Polish, French, Danish, Norwegian, German, Russian, Italian, unless indicated otherwise. If you see an error - please contact us: edukacja@igf.edu.pl.
European Union flag This project (EDU-ARCTIC) has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under grant agreement No 710240. The content of the website is the sole responsibility of the Consortium and it does not represent the opinion of the European Commission, and the Commission is not responsible for any use that might be made of information contained.
Designed & hosted by American Systems Sp. z o.o.